Programme des apprenties entraîneures 2016-17 : participantes de l’ACAC

Programme des apprenties entraîneures 2016-17 : participantes de l’ACAC

L’Association canadienne du sport collégial (ACSC) est fière de présenter les participantes au Programme des apprenties entraîneures 2016-17 de l’Alberta Colleges Athletic Conference (ACAC).

Lions d’Ambrose


Apprentie : Jordan Dyck
Mentor :
Colin Kubinec 

Les Lions d’Ambrose, équipe de volleyball féminin, tirera profit cette saison du retour de son ancienne capitaine et joueuse étoile Jordan Dyck, en tant qu’apprentie.

L’entraîneur-chef Colin Kubinec, également responsable des sports à Ambrose, est ravi d’accueillir Dyck au sein de son personnel d’entraînement.

« C’est pour moi une grande joie et un grand plaisir de pouvoir travailler avec Jordan et lui servir de mentor, déclare Kubinec. C’est une leader incroyable, une volleyeuse exceptionnelle, une leader et une personne très perspicace et attentionnée. »

Dyck a joué trois saisons pour Kubinec et a été capitaine et joueuse par excellence pendant deux de ces années. Kubinec a déjà établi une bonne relation de travail avec Dyck et croit qu’elle continuera à s’épanouir sous sa direction pendant son passage du statut d’étudiante-athlète à celui d’entraîneure.

« Jordan est curieuse et douée, ajoute Kubinec, diplômé du Briercrest College and Seminary. Nous croyons qu’elle aura une influence positive importante sur nos étudiantes-athlètes. »

En plus d’avoir été la capitaine de la plupart des équipes pour lesquelles elle a joué, Dyck a acquis une grande expérience à l’extérieur du terrain : elle a coordonné des programmes dans différents camps, a mené un groupe de musique à l’église, a été planificatrice de conférence et a travaillé avec l’équipe de leadership sportif d’Ambrose.

L’apprentissage du métier d’entraîneur sera un nouveau défi motivant pour Dyck.

« J’ai toujours été passionnée par le volleyball, mais plus encore, je me réjouis à l’idée de tisser des liens avec les jeunes filles que j’aurai la chance d’encadrer », dit Jordan.

Dyck estime pouvoir contribuer à sa manière grâce aux compétences et aux connaissances qu’elle a acquises au cours de ses dix années de carrière comme volleyeuse. Elle pourra également offrir aux joueuses des Lions le soutien dont elles ont besoin et exploiter leurs capacités mentales en s’appuyant sur ce qu’elle a appris dans le cadre de son baccalauréat en science du comportement.

« Jordan est exactement le type de personne et de leader que recherchent l’ACSC et la communauté sportive canadienne pour soutenir les jeunes dans leur épanouissement et favoriser la croissance du sport au Canada », affirme Kubinec.

Dyck assumera de grandes responsabilités auprès des Lions, comme l’indique le plan de travail détaillé transmis à l’ACSC.

« Elle aura une influence positive dans tous les domaines où elle interviendra, déclare Kubinec. Nous sommes très heureux qu’elle souhaite s’investir dans le métier. »

Vikings d’Augustana


Apprentie : Sydney Purdy
Mentor :
Kelly Lyons

Sydney Purdy, ancienne joueuse des Vikings d’Augustana, et son mentor, Kelly Lyons, formeront le seul duo entièrement féminin du Programme des apprenties entraîneures cette année.

Purdy, fraîchement diplômée de l’University of Alberta – Augustana, reviendra dans l’équipe des Vikings en tant qu’apprentie-entraîneure, après y avoir joué pendant cinq ans.

La saison dernière, Lyons était la seule entraîneure-chef de l’ACSC et de SIC en basketball féminin. En fait, l’équipe des Vikings avait un personnel entraîneur exclusivement féminin.

« Lorsque j’ai entendu parler de ce programme pour la première fois à ma première année comme entraîneure, j’avais extrêmement hâte d’avoir accumulé deux années d’expérience comme entraîneure au niveau postsecondaire dans l’ACSC pour pouvoir soumettre ma candidature comme mentor, déclare Lyons. Je cherche toujours des moyens d’augmenter les chances des femmes de se positionner comme entraîneures et de redonner au sport qu’elles ont pratiqué. »

Lyons, qui possède une maîtrise en psychologie, a hâte de pouvoir encadrer Purdy et de lui apprendre les rouages du métier d’entraîneur.

« L’un des principaux éléments que j’ai appris c’est l’importance des modèles sur notre estime de soi et sur notre capacité à croire en notre réussite », dit Lyons.

L’entraîneure-chef des Vikings est la preuve vivante que l’on peut réussir en travaillant fort et en y mettant les efforts nécessaires.

« Je souhaite enseigner aux jeunes femmes le métier d’entraîneur afin de les aider à atteindre leurs objectifs, ajoute Lyons. C’est très important pour elles de voir une autre femme faire le métier qui les intéresse. »

Selon Greg Ryan, directeur des affaires sportives et des loisirs du campus d’Augustana, Purdy a tout pour devenir une entraîneure talentueuse.

« Pendant ses études, elle excellait sur le terrain et en classe, ce qui en fait un excellent modèle pour nos basketteuses, déclare Greg Ryan. Elle s’est forgé une réputation bien méritée d’étudiante-athlète travaillante et dévouée qui a su exploiter son don pour diriger les autres et qui a contribué au succès récent de notre équipe. »

Pendant son passage à Augustana, Purdy a entraîné de jeunes filles de 10 à 18 ans dans le cadre des camps de basketball d’été annuels. Elle a également travaillé avec l’Académie de basketball d’Augustana, intervenant surtout auprès de jeunes femmes du secondaire en les aidant à perfectionner leurs connaissances et leurs compétences.

« Mon expérience en leadership est vaste puisque j’ai occupé différents postes de capitaine et de leader au sein de plusieurs équipes pendant ma carrière en sport de compétition, dit Purdy. J’adore le sport, le basketball en particulier, et je suis bonne pour aider les autres à s’améliorer. »

Purdy a été acceptée dans un programme post-baccalauréat en éducation et elle croit que le fait d’avoir Lyons pour mentor lui permettra non seulement d’accroître ses connaissances en basketball, mais aussi de devenir une meilleure éducatrice.

« Le passage du statut d’athlète à celui d’athlète à la retraite ne sera pas facile, mais je sais que les personnes avec qui j’ai la chance de travailler m’aideront à franchir ce pas, ajoute Purdy. J’ai servi de modèle en tant que capitaine et joueuse au sein de cette équipe et je crois pouvoir influencer positivement les joueuses actuelles dans mon nouveau rôle. »

Wolves de GPRC

 

Apprentie : Jamie Wigmore
Mentor :
Bill Corcoran

Athlète par excellence pancanadienne à trois reprises, Jamie Wigmore n’est pas prête à quitter la communauté de la course cross-country de l’Association canadienne du sport collégial (ACSC).

Médaillée d’argent du championnat canadien 2015 de cross-country de l’ACSC, Wigmore reviendra à GPRC en tant qu’apprentie, sous la direction de l’entraîneur-chef Bill Corcoran.

« Je suis passionnée par la course autant que par l’idée de pouvoir partager cette passion avec les autres », déclare Wigmore, qui chérit le temps passé à évoluer dans l’ACSC.

« Je crois que l’ACSC possède un ingrédient secret qui manque peut-être aux autres ligues. J’y ai trouvé le soutien et les encouragements dont j’avais besoin, et j’ai noué des amitiés durables avec certaines concurrentes, ajoute Wigmore. Ma participation au programme de course de l’ACSC m’a permis de constater que la pure passion pour la course et la camaraderie constituaient les caractéristiques déterminantes de ce programme, et je veux continuer de les partager. »

Wigmore croit que le personnel d’entraînement de GPRC a transformé l’image de la course dans la collectivité et elle est emballée à l’idée de pouvoir exprimer sa reconnaissance et poursuivre le travail.

D’après François Fournier, responsable des sports de GPRC, l’une des principales forces de Wigmore au sein des Wolves aura été son leadership. Cette qualité constituera un atout formidable dans sa future carrière d’entraîneur.

Fournier est emballé à l’idée de voir Wigmore, championne individuelle 2015 de l’ACAC, passer du statut d’étudiante-athlète à celui d’entraîneure.

« Tout au long de sa carrière de coureuse à GPRC, Jamie a grandi et s’est améliorée tant sur les pistes et les sentiers qu’à l’extérieur » déclare Fournier.

Wigmore possède beaucoup d’autres forces et qualités qui lui seront utiles dans son rôle d’apprentie de l’ACSC.

« Elle possède une intelligence affûtée, une solide éthique de travail et une bonne réputation, traite les autres avec respect, et est professionnelle et intègre, ajoute Fournier. Elle est également très accessible et travaille bien avec les gens. »

Il y a deux ans, Wigmore a été entraîneure bénévole pendant les Jeux d’été de l’Alberta et elle a découvert qu’elle souhaitait poursuivre dans cette voie.

Wigmore sera encadrée par Corcoran, qui compte plus de 25 années d’expérience comme entraîneur et organisateur. Il occupe également actuellement le poste de commissaire de course cross-country de l’ACSC.

« Bill possède un palmarès impressionnant de réalisations accomplies par ses athlètes et lui-même, en tant qu’entraîneur, ajoute Fournier. Les anciens coureurs qu’il a entraînés continuent de communiquer avec lui et nombre d’entre eux sont devenus à leur tour des entraîneurs de course dans leurs collectivités. »

Corcoran compétitionne depuis plus de 40 années en tant que coureur et a une tonne de conseils à offrir à une aspirante entraîneure comme Wigmore.

Il a d’ailleurs hâte de travailler avec son ancienne étudiante-athlète.

« Même si Wigmore a commencé la course en compétition relativement tard, soit à l’âge de 19 ans, elle est devenue l’une des meilleures coureuses de cross-country et de demi-fond de la province, déclare Corcoran. Elle se passionne pour le sport et a les compétences interpersonnelles nécessaires pour devenir une excellente entraîneure. »

Trojans de SAIT


Apprentie : Ellen Grundy
Mentor :
Art O’Dwyer

Art O’Dwyer, l’entraîneure de l’année de l’ACAC en volleyball féminin, ajoute une nouvelle arme à son personnel d’encadrement : Ellen Grundy, ancienne joueuse des Trojans.

L’ancienne cocapitaine de SAIT est enthousiaste et impatiente à l’idée de commencer la saison 2016-17, car elle compte bien aider son équipe à progresser de diverses façons.

« Comme j’ai déjà été la capitaine de plusieurs des joueuses actuelles de l’équipe, je suis déjà perçue, à un certain niveau, comme une personne de confiance, de bon conseil, responsable et sympathique », déclare Grundy.

Grundy ne tient pas pour acquis cette chance qu’elle a de travailler avec O’Dwyer.

« Cette occasion d’apprendre auprès d’un entraîneur qualifié de niveau 3 PNCE est unique. Elle me permettra d’acquérir plus de confiance dans mon métier, d’encadrer des athlètes et de rester impliquée dans un sport que j’aime », dit Grundy.

Pour Lindsay Bax, responsable des sports de SAIT, O’Dwyer est un vrai professionnel dans sa façon d’aborder tout ce qu’il fait.

« Je suis convaincue qu’Art fera preuve du même professionnalisme dans le cadre de ce programme de mentorat et qu’Ellen apprendra beaucoup de lui et de ce programme », déclare Lindsay.

O’Dwyer reconnaît la nécessité d’avoir des femmes entraîneures bien préparées pour contribuer à l’expansion du volleyball et des programmes de sport de l’institution. Il a hâte de pouvoir aider Ellen à devenir une bonne leader et croit que le Programme des apprenties entraîneures le fera grandir lui aussi.

« J’ai encadré beaucoup d’entraîneurs adjoints de manière informelle au cours de ma carrière, déclare O’Dwyer. Ce programme officialisera le processus d’encadrement et nous permettra, à Ellen et à moi, de grandir en tant qu’entraîneurs. »

Avant de jouer pour SAIT, Grundy a été entraîneure adjointe bénévole pendant deux saisons auprès de l’équipe de volleyball féminine d’une école secondaire. Elle a également dirigé plusieurs stages de formation pour les Trojans, enseignant différentes techniques aux jeunes athlètes tout en transmettant sa passion pour le volleyball et les études.

« Le leadership m’est venu naturellement, mais j’ai vraiment appris à l’exploiter et à le maîtriser au cours de ma carrière de volleyeuse, dit Grundy. Le fait d’avoir servi de modèle à mes coéquipières et à de jeunes athlètes m’a donné une meilleure appréciation du sport et de la vie en général. »

Cette occasion de parfaire ses qualités d’entraîneure et de leadership lui permettra également de mieux se préparer à sa future carrière en gestion. Elle acquerra des compétences qui lui permettront de diriger une équipe en vue d’atteindre des objectifs personnels et communs.

« Je pense que le Programme des apprenties entraîneures va aussi m’aider à devenir une bonne gestionnaire, car le travail d’entraîneur et la gestion sont très apparentés », affirme Grundy.

À regarder
February 16, 2017 À regarder
À regarder
February 9, 2017 À regarder
À regarder
February 2, 2017 À regarder
À regarder
December 1, 2016 À regarder
À regarder
November 24, 2016 À regarder
À regarder
November 17, 2016 À regarder
À Regarder
October 14, 2016 À Regarder
À Regarder
September 29, 2016 À Regarder
À Regarder
September 22, 2016 À Regarder
Bilan de l’AGA 2016
June 14, 2016 Bilan de l’AGA 2016