Forward nommé entraîneur de l’année de l’ACSC

Forward nommé entraîneur de l’année de l’ACSC

Mark Forward des Mystics de Mount Saint Vincent University (MSVU) est l’entraîneur de basketball féminin de l’année de l’Association canadienne du sport collégial (ACSC).

Il a été honoré lors du banquet du championnat canadien de basketball féminin 2019 de l’ACSC, présenté par le Cégep de Sainte-Foy, à Québec.

Forward a mené les Mystics à une fiche de 18-0 et au premier rang de l’Atlantic Collegiate Athletic Association (ACAA).

« Malgré la perte de plusieurs joueuses importantes à la fin de la dernière saison, Mark a mené les Mystics à une saison parfaite dans l’ACAA et à une troisième participation consécutive au Championnat canadien de l’ACSC, explique Mai-Anh Nguyen, commissaire de basketball féminin de l’ACSC. Il sait toujours comment faire ressortir le meilleur chez ses étudiantes-athlètes. »

Cette année, grâce à l’énergie, à l’éthique de travail et à l’intensité de Forward, les Mystics ont poursuivi sur leur lancée, qui les avait menées l’an dernier à la quatrième place du Championnat canadien de basketball féminin de l’ACSC.

C’est un entraîneur complet, qui s’assure que ses joueuses trouvent leur voie et réussissent aussi bien à l’école que sur le terrain. C’est aussi un excellent communicateur qui se soucie de ses étudiantes-athlètes, sur le terrain comme en dehors.

Forward, qui a joué à MSVU de 1988 à 1992 et remporté le titre d’athlète par excellence pancanadienne de l’ACSC à deux reprises, est nommé entraîneur de l’année de l’ACAA pour une troisième saison de suite.

Il organise régulièrement des formations d’entraîneur dans sa région et est entraîneur invité dans de nombreux programmes de club. Il organise un camp annuel pour filles de 12 à 17 ans et agit comme entraîneur mentor pour un club de basketball féminin à Halifax (U15, U16 et U18).

« Le travail, le professionnalisme et l’intégrité de Mark sont très appréciés et valorisés par ses étudiantes-athlètes, les autres entraîneurs et ses collègues, ajoute June Lumsden, responsable des sports et loisirs à Mount Saint Vincent University. L’Université est très fière de ses réalisations et de sa contribution à l’ACSC, à l’ACAA, dans sa communauté, à MSVU et dans la vie de ses étudiantes-athlètes. »

Les entraîneurs de l’année de l’ACSC reçoivent une bague personnalisée de Jostens Canada, fournisseur officiel des bagues du banquet des championnats canadiens de l’ACSC. 

AUTRES CANDIDATS

Tony Bryce

 

Avery Harrison

 

Bill Carriere

 

Trevor Williams

     

Mariners de VIU

 

Broncos d’Olds

 

Falcons de Fanshawe

 

Blues de Dawson

Bryce a mené VIU à une fiche de 17-1 et au sommet de la conférence PACWEST. À sa deuxième saison avec les Mariners, l’ex-entraîneur de basketball masculin de l’année de l’ACSC demeure une source d’inspiration pour ses athlètes grâce à sa passion et à son souci de l’excellence. Ses étudiantes-athlètes adhèrent à sa vision. Bryce est très fier du fait que plusieurs de ses anciennes athlètes soient devenues entraîneures, et il adore les aider lorsqu’elles lui demandent conseil pour des questions techniques, de leadership ou de discipline.

 

Harrison a conduit les Broncos à une fiche de 17-4, au deuxième rang de la division sud de l’ACAC. Ayant hérité d’une équipe ayant terminé la saison avec un dossier de 5-16 il y a deux saisons, Harrison est à l’origine d’une importante amélioration du programme des Broncos. Il a recruté des étudiantes-athlètes exceptionnelles pour se joindre à son équipe de talent et il mise sur les forces de chacune des membres de son équipe. Harrison croit que le rôle de l’entraîneur est de former des étudiants-athlètes qui deviendront des leaders de leurs communautés.

 

Carriere a mené Fanshawe à la première place de la division ouest de l’OCAA avec une fiche de 19-1. Les Falcons ont établi plusieurs records d’équipe en remportant leur premier titre de basketball féminin en 16 ans. Carriere instaure une ambiance très familiale et s’assure que chaque étudiante-athlète vit une expérience formidable. Il est très impliqué dans ONERUN, l’organisme de bienfaisance local qu’il a fondé avec sa femme (et entraîneure adjointe) Theresa. Depuis 2010, ONERUN a amassé plus de 1 million de dollars pour des patients atteints du cancer et leurs familles.

 

Williams a guidé les Blues à une fiche record de 12-2, ex aequo au premier rang dans le très compétitif RSEQ. Après avoir décroché l’argent aux deux derniers championnats canadiens, l’équipe a amélioré sa défense et sa profondeur cette saison. L’objectif de Williams est d’accompagner les étudiantes-athlètes dans leur transition à la vie d’adulte en utilisant le basketball comme outil de développement personnel. Durant la saison morte, il gère un camp qui emploie une cinquantaine d’athlètes comme moniteurs.