Athlètes par excellence pancanadiennes 2019 de l’ACSC en basketball féminin

Athlètes par excellence pancanadiennes 2019 de l’ACSC en basketball féminin

L’Association canadienne du sport collégial (ACSC) est fière de dévoiler les athlètes par excellence pancanadiennes en basketball féminin pour 2019.

Les étudiantes-athlètes, qui sont sélectionnées par leur conférence en fonction de leur performance et de leur contribution au sport et à leur équipe, ont été honorées à l’occasion du banquet du Championnat canadien de basketball féminin 2019, présenté par le Cégep de Sainte-Foy, à Québec.

Rachel Beauchamp

 

Amber Lease

 

Royals de Douglas

 

Mariners de VIU

Beauchamp se classe première dans PACWEST avec une moyenne de 19,3 points et de 13,1 rebonds par match. La joueuse de l’année PACWEST en est à son troisième titre d’athlète par excellence pancanadienne. L’avant de cinquième année est une étudiante-athlète modèle. On lui a notamment décerné le titre d’étudiante-athlète par excellence pancanadienne et le Prix d’excellence scolaire de l’ACSC. En plus d’exceller en classe comme sur le terrain, Beauchamp s’implique comme bénévole auprès de plusieurs initiatives de son campus et de sa communauté.

 

Lease a aidé les Mariners à se hisser au premier rang de PACWEST grâce à une fiche de 17-1. La garde de troisième année a terminé la saison au premier rang de la conférence pour les passes (79) et au deuxième rang pour les interceptions (37). Lease fait preuve d’une passion et d’un niveau de compétence hors du commun. Sur le terrain, elle est infatigable à tous points de vue et joue avec rapidité sans jamais perdre son calme. La joueuse fait des ravages en défense, mais est aussi redoutable comme tireuse et passeuse.



Brittney Thibeaux

 

Jessica Haenni

 

Broncos d'Olds

 

Vikings d'Augustana

Thibeaux s’est classée en tête de l’ACAC avec une moyenne de 27,2 points par match et est arrivée troisième de sa conférence avec 205 rebonds. La joueuse de l’année de l’ACAC a conduit les Broncos à une fiche de 17-4, au deuxième rang de la division sud de la conférence. De toute l’histoire de l’ACAC, l’avant de quatrième année est la joueuse qui a atteint le plus rapidement le seuil des 1000 points en carrière. Thibeaux est une source d’inspiration depuis ses tout débuts à Olds. Le jeu de la cocapitaine propulse l’équipe d’un bout à l’autre du terrain.

 

Haenni s’est classée deuxième de la division nord de l’ACAC pour les points par match (14,7) et figure parmi les meneuses de sa conférence avec 70 passes. La garde de deuxième année a mené les Vikings à une fiche de 15-9, ex aequo au troisième rang de la division. Haenni est toujours la première à arriver au gymnase et la dernière à s’en aller. L’amour du jeu de l’ancienne joueuse de Basketball Alberta n’a d’égal que sa soif de s’améliorer.


Chuot Angou

 

Rita Sibo

 

Falcons de Fanshawe

 

Thunder d’Algonquin

Angou a mené les Falcons à la première place de la division ouest de l’OCAA avec une fiche de 19-1. La garde de quatrième année et été nommée joueuse de l’année de l’OCAA. Angou s’est hissée en tête de conférence avec une moyenne de 31,4 points par 40 minutes. Athlète d’élite, elle connaît finement le jeu et sait ce qu’il faut pour gagner. Malgré son fort esprit de compétition, elle est toujours prête à sacrifier sa propre réussite au profit de celle de son équipe, ce qui reflète parfaitement sa personnalité et son formidable esprit d’équipe.

 

Sibo a conduit le Thunder à la première place de la division est de l’OCAA avec une fiche de 15-2. Lors de sa première saison à Algonquin College, la garde de troisième année s’est hissée au premier rang du Thunder avec une moyenne de 14,1 points, de 4,3 passes et de 2,9 interceptions par match. Elle a aussi pris la tête des joueurs de l’OCAA avec un impressionnant pourcentage de réussite de 41,8 % pour les trois-points. Son leadership a beaucoup aidé sa jeune équipe à améliorer son classement.


Donna Ophombo
Ntambue

 

Roxane
Makolo

 

Nomades de Montmorency

 

Blues de Dawson

Ntambue a été la première joueuse de l’histoire du RSEQ à décrocher les titres de recrue, de joueuse défensive et de joueuse de l’année au cours d’une même saison. L’avant de première année est arrivée en tête de conférence avec une moyenne de 16,7 points, 3,3 interceptions et 9,5 rebonds par match. Ntambue a mené les Nomades à une fiche de 11-3, bonne pour une troisième place dans la ligue relevée du RSEQ. Sa constance, tant à l’attaque qu’à la défense, combinée à sa capacité de mettre de la pression sur l’adversaire dans les jeux de transition, fait d’elle une joueuse redoutable partout sur le terrain.

 

Makolo a mené les Blues à une fiche de 12-2, ex aequo au premier rang du RSEQ. La double athlète par excellence pancanadienne était parmi les cinq meneuses de sa conférence avec une moyenne de 14 points, 8,4 rebonds et 3,4 passes par match. Elle se démarque notamment par sa capacité à analyser le terrain et à reconnaître les différentes situations de jeu. La garde de deuxième année sait à quel moment prendre sa place et comment mobiliser ses coéquipières pour donner à son équipe la meilleure chance de gagner.


Maria Carroll

 

Bridget Frazee

 

Mystics de MSVU

 

Tommies de St. Thomas

Caroll, joueuse de l’année de l’ACAA, a conduit les Mystics à la première place de la conférence avec une fiche parfaite de 21-0. La garde de cinquième année a fait partie des meneuses de l’ACAA avec une moyenne de 12,9 points, 3,3 passes et 2,9 interceptions par match. Carroll s’implique activement auprès de l’Initiative santé mentale pour étudiants-athlètes, est entraîneure bénévole pour les camps de MSVU et est aussi entraîneure-chef du Mercury Basketball Club de Nouvelle-Écosse, des rôles où son positivisme et son esprit de compétition s’expriment pleinement.

 

Frazee a conduit les Tommies au deuxième rang de l’ACAA avec une fiche de 17-4. La garde de troisième année a fini deuxième de sa conférence pour les points par match (15). De nature plutôt calme, Frazee a grandement évolué : elle joue aujourd’hui un rôle de leader, sait prendre la parole au bon moment et donne l’exemple par son éthique de travail. Elle est consciencieuse, travaille très fort en classe et représente son collège et sa conférence avec intégrité.